Fermer
Fermer le menu
fb & co.

Le métier de commissaire aux comptes

Le commissaire aux comptes (CAC) est un expert-comptable assermenté affilié à la Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC). Il exerce une mission d’ordre légal auprès des entreprises de plus de 50 salariés et des sociétés anonymes, consistant à contrôler la véracité et la régularité de leurs comptes annuels et leur conformité aux normes légales en vigueur, à travers la mise en place d’un audit légal dont la procédure est strictement définie par la loi. Découvrez les missions, les compétences, la rémunération et tout ce qu’il faut savoir sur le métier de commissaire aux comptes !

Les missions du commissaire aux comptes

Le métier de commissaire aux comptes s’exerce à titre libéral. Il travaille soit au sein d’un cabinet d’expertise comptable, soit dans une société spécialisée en commissariat aux comptes. C’est une profession agréée dans l’ensemble des pays de l’Union Européenne. Pour mener à bien ses tâches, il prend connaissance de l’entreprise, de son environnement et de ses particularités en se renseignant auprès de ses responsables. Il procède à l’analyse de l’ensemble de ses documents comptables et mène une enquête en vue de vérifier leur véracité et leur conformité aux normes légales en vigueur.

Avec une principale mission consistant à informer les dirigeants de toute anomalie ou irrégularité constatée au cours de ses investigations, il enregistre l’ensemble de ses conclusions dans un rapport qu’il adresse à l’assemblée générale de l’entreprise en question. Enfin, il procède à la certification de la conformité des comptes ou refuse de les certifier s’ils ne correspondent pas à l’état réel de la société et aux normes en vigueur.

Les compétences et la formation pour devenir CAC

Parce qu’il est chargé de vérifier toutes les écritures comptables de l’entreprise, le commissaire aux comptes doit justifier d’une connaissance approfondie des règles comptables et juridiques.

Pour demander l’affiliation à la CNCC, le candidat doit justifier d’une formation longue de 8 ans après le Bac. Il doit d’abord être titulaire d’un Diplôme d’Expertise Comptable (DEC), auquel on peut accéder après l’obtention d’un Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion (DSCG) ou un Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Commissaire aux Comptes (CAFCAC), dans le cas d’un titulaire d’un Bac+5 issu d’une autre filière. Par la suite, il est nécessaire de passer par un stage rémunéré d’une durée allant de deux à trois ans auprès d’un commissaire aux comptes.

Pour se préparer à l’exercice des fonctions de commissaire aux comptes, l’IGEFI met à la disposition des bacheliers souhaitant se spécialiser dans le domaine de la comptabilité un DCG « Diplôme de Comptabilité et de Gestion », d’une durée de trois ans, leur permettant d’acquérir le grade de licence et le socle de connaissances de base en comptabilité. L’IGEFI propose également le DSCG, d’une durée de deux ans, qui permet à ses titulaires d’acquérir le grade de master et d’aspirer à l’affiliation à la Compagnie nationale des commissaires aux comptes.

Le salaire du commissaire aux comptes

Selon l’expérience, le salaire du commissaire aux comptes peut dépasser les 5 000 euros brut mensuels. Quant au débutant, il peut toucher 2 500 euros brut par mois.

Les domaines de la gestion et de la finance vous intéressent ? Vous souhaitez en faire votre cœur de métier ? Découvrez les cursus d’excellence en comptabilité proposés par l’IGEFI !